Bulletin 07 – Editorial

Chers adhérents, chères adhérentes,

Vous êtes nombreux à avoir participé et nous vous en remercions vivement, à la visite de l’architecture du Sud de Talence que nous avons organisée à l’automne 2007 avec nos amis de l’association Recherches archéologiques girondines, sous la conduite de Yann Chaigne, chargé de cours en histoire de l’art à Bordeaux III. Cette visite a manifestement plu à tous les participants. Nous avons visité l’École d’architecture, l’Institut régional des travailleurs sociaux et nous avons découvert le bâtiment de l’EDF, plus riche architecturalement qu’il n’y paraît au premier abord. Il a des allures de parallélépipède banal mais il n’en est rien, il est très ingénieusement conçu. Il faut en faire le tour et bien regarder les divers angles, les perspectives, la très belle couleur bleue emblématique d’EDF qui est la couleur dominante de ce bâtiment. Nous avons été intrigués par un seul aspect de la construction : est-il judicieux, en Aquitaine, de disposer des planches horizontalement et non verticalement sur les deux côtés de la construction ? L’eau de pluie, abondante chez nous, doit glisser dans le sens du bois et ne pas stagner sur les interstices des planches horizontales.

Nous avons aussi organisé une exposition pour laquelle vous avez reçu des invitations, le 15 décembre 2007, au Château de Thouars. Il s’agissait de célébrer les dix ans de la création de notre association, en exposant une sélection des meilleurs panneaux que nous avons réalisés au cours des ans.

Une nouvelle exposition de cette trentaine de panneaux, vraiment très suivie par un nombreux public, a été organisée lors de la fête de Talence le samedi 17 mai et le dimanche 18 mai 2008. Elle était enrichie de deux nouveaux panneaux qui retracent, l’un, l’histoire détaillée de tous les suzerains de Thouars de 1152 à 1453, dates extrêmes de l’appartenance de l’Aquitaine aux Anglais et l’autre, le projet et la construction de Talence II, devenu depuis Talence-Thouars. Des photographies actuelles, placées à côté de celles qui datent du début des années 1970, permettent de juger des projets et des réalisations. Le temps de l’évaluation est arrivé…

Ce même samedi 17 mai furent données, de l5h à 18h, deux conférences accompagnées de nombreux documents visuels de qualité, la première par Yann Chaigne : « L’architecture à Talence des années 1970 à nos jours» et la deuxième à 16h par Delphine Costedoat, chargée de cours à l’École d’architecture sur :« L’architecture à Bordeaux des années 1970 à nos jours.» Un riche débat eut lieu. La durée ce cette « matinée », initialement prévue pour une heure et demi et qui dura le double de temps, le prouve!

Nous sommes également heureux de vous informer que la restauration de deux ex-voto sur les fonds de notre association, le premier de 1788, celui du navire La Victoire et le second, véritable document historique de 1849 puisqu’il représente le chœur de l’église détruit en 1960, ait été jugée par tous très utile puisqu’il est question maintenant de les installer dans l’église, lors d’un futur réaménagement.

Un autre ex-voto nécessite une restauration d’urgence : nous nous y employons. Il s’agit d’un ex-voto de 1788 qui, sans une intervention d’urgence, partira en poussière. Les permissions nécessaires ayant été obtenues, notre association va financer cette opération.

Parmi nos demandes actuelles figure en première place l’herboratorium. .. Il faut un véritable esprit de protection de ce qui existe à Talence quand cela est de grande qualité comme le sont les flores qui servent à former les étudiants en pharmacie depuis la fin du XIXe siècle. Elles sont déposées dans le bâtiment du Jardin botanique de Talence. Il faut les garder à Talence, arriver à faire ventiler ce bâtiment sinon les plantes des herbiers vont moisir irrémédiablement. C’est un plaisir rare que de pouvoir contempler les couleurs intactes des fleurs et des feuilles de l’herbier de Rochebrune, constitué dans les années 1880 en Charente.

editorial 07-1Quand la mairie nous a demandé de l’aider à fonder une association pour recueillir des fonds auprès de promoteurs pour faire restaurer ce pigeonnier-volière ancien du parc de Brana, nous avons accepté immédiatement, mais le Bureau de Mémoire et Patrimoine de Talence juge maintenant que la volière est trop abîmée pour être reconstruite. On pourrait se contenter de reconstruire le pigeonnier et, si de l’argent est trouvé auprès de  généreux  donateurs  et  bienfaiteurs, il serait plus utile de le consacrer à la restauration demandée  depuis longtemps  par Mémoire et Patrimoine, celle de la chapelle Roui, dans le domaine de Monadey. Que soit réalisé au moins l’arasement du haut des murs pour éviter qu’ils ne continuent à être dégradés par les intempéries !

 editorial 07-2Mais le parc de Brana, appelé officiellement Curvale, recèle un autre trésor, le zelkova ou orme du Caucase, arbre magnifique d’au moins deux cents ans, désormais classé parmi les plus beaux arbres de France par l’association ARBRES avec laquelle nous entretenons les meilleures relations, puisqu’elle nous a demandé d’écrire pour son bulletin un petit article sur l’histoire du parc de Brana.

Cette association s’occupe  des  arbres  les plus remarquables de France. Il n’y aurait que sept arbres classés en Aquitaine, dont deux en Gironde : notre orme de Talence et un platane fort ancien au Porge. Lors de notre assemblée générale, des amis d’une association identique à la nôtre, de Villenave-d’Ornon, nous ont signalé qu’ il existe aussi deux châtaigniers à Belin qui auraient un millier d’années.

L’association ARBRES nous prêtera un jour ses panneaux pour une exposition sur les arbres exceptionnels de France.

Nous nous intéressons à tout ce qui concerne le patrimoine et ces arbres exceptionnels en font partie, indéniablement !

(Photographies F Leclair)

Bernard CAPDUPUY