Bulletin 06 – 12 Septembre 1808

12 septembre 1

Nous sommes un lundi. L’éphéméride nous apprend que le soleil, qui s’est levé à 7h40, se couchera à 6h20 et que nous sommes le 22 de la Lune. Autres renseignements utiles, les heures des marées à Bordeaux ainsi que l’allumage des réverbères .

Les cours de la Bourse de Paris ne peuvent laisser les « rentiers » indifférents ; MM. Patrice Ferrière et Baffet, courtiers maritimes, traitent, le premier l’Aimable Emilie (25 ton.), de La Tremblade,  le second  La Suzanne (8 ton.) de Bordeaux.

Nous sommes informés que les États-Unis projettent d’ouvrir des canaux devant relier Boston à Charles-Town afin d’éviter les bancs et îlots de la côte Est. Le tout sur une longueur de 100 milles (25 lieues) (soit 100 km). Une extension est prévue en direction des fleuves de l’intérieur.

Nous apprenons les déboires du roi de Prusse avec un de ses ministres…, que le canton de Vaud (Suisse) remettra aux autorités françaises « tout Français âgé de 15 à 30 ans non muni d’un permis en règle. » Si le Français concerné est « un réfractaire ou un déserteur, celui qui aura facilité son arrestation recevra une gratification de 60 fr. de France. »

Sa Majesté a chassé le 6 septembre à Gros­ Bois, en compagnie du comte Tolstoy, ambassadeur de Russie.

Pendant ce temps, les « affaires » continuent : L’Anglais canonne la ville de Finale (Italie) et tente de s’emparer de quatre navires marchands au mouillage. « Mais son plan a échoué / Grâce à nos canonniers» (chanson en vogue une quinzaine d’années plus tôt. La Carmagnole.)

Le préfet informe les créanciers du département qu’ils peuvent venir chercher leur dû ; le Grand Théâtre joue « Les deux Figaro » de Martelli ; de nouveaux livres sont publiés chez M. Jean Foulquier, imprimeur au 10 de la place Royale et de nombreux biens sont à vendre, notamment une propriété agricole située chemin de Madère à Talence.

Enfin, si vous êtes veuve, de 30 ans, sachant coudre, repasser le linge, blanchir les bas de soie, un emploi de femme de chambre vous attend. Cependant, si vous n’êtes, ni excessivement jeune, ni très âgée, et si vous savez lire et écrire sans que cela fut absolument nécessaire, vous disposerez d’un traitement avantageux pour peu que vous connaissiez la ville et sachiez cuisiner. Mais attention, vous devrez justifier d’une bonne moralité.

La maquette du futur pont de Bordeaux est visible aux allées de Tourny. Prix : 75 cent. pour les adultes, la moitié pour les enfants.

Mais, me direz-vous, Talence dans tout cela ?

 

exvoto 6-dDans un placard de la sacristie, au milieu d’autres, se trouve un ex-voto montrant, sur sa gauche, une maison écroulée où l’on aperçoit, sous un amas de décombres, une femme ayant échappé à l’écrasement et à la mort grâce à quelques planches et à son parapluie bleu qu’elle tient en  guise d’étai.

La date de l’événement  est  donnée  : 10 septembre 1808

Voici le compte-rendu qu’en fit le journal :

12 septembre 3Cinquante blessés, plus ou moins graves. Si l’on excepte M. Collain et la femme enceinte, l’essentiel des victimes s’en sont sorties sans grands dommages. Marie Bernard fait partie de ces victimes.

Elle doit la vie à l’enchevêtrement de poutres au-dessus d’elle, mais aussi à son parapluie bleu. Mais qui, ou quoi, lui fit une place dans cette niche ?

Pour Marie Bernard, ceci ne fait pas de doute : elle doit sa survie à la protection de Marie.

Elle sut s’en souvenir et nous laissa une trace d’un accident dont les conséquences auraient pu être catastrophiques.

Sources : Archives Municipales de Bordeaux
(Cote 9C9) que nous remercions