Bulletin 04 – C’était il y a 100 ans – Talence ville propre

Alors que de nos jours, Talence se dote de nouveaux  moyens pour un tri sélectif des déchets, nous allons voir qu’il y a un siècle, notre commune était déjà préoccupée par la qualité de son environnement , veillant à la propreté de ses rues et pratiquant , d’une certaine façon, une forme de triage. À une époque où l’instrument du célèbre préfet parisien, Monsieur Poubelle, nous était encore inconnu, le terme médiéval de « bourrier » prédominait encore. Le tombelier, conducteur d’un tombereau, passait deux fois par semaine pour vider les « caisses » qui, probablement , étaient moins volumineuses qu’aujourd’hui . On appréciera au passage le mérite des Talençais qui, pour avoir de l’eau propre, devaient aller la tirer au puits le plus proche ou descendre aux sources ou fontaines, bien rares à Talence.

Voici l’Arrêté de Police relatif au balayage et à l’arrosement des voies, promulgué  le 7 juin  1900 par  Monsieur Jacques Juillac, maire de Talence :

Article 1er Tous les propriétaires ou locataires sont tenus de faire balayer régulièrement, tous les jours, au devant de leurs maisons, magasins, cours, jardins et autres emplacements, la partie comprise entre la limite de l‘immeuble, de la barrière, ou mur de clôture et le milieu de la chaussée.

Les gargouilles, rigoles et caniveaux devront être aussi balayés et nettoyés avec une quantité suffisante d‘eau propre .

Article 2 Le balayage devra être terminé à 8 heures du matin, du 1er octobre jusqu’au  1er mars et à 7 heures du matin du 1er mars au 1er octobre.

Article 3 Sous aucun prétexte, les eaux ménagères ne devront séjourner dans les gargouilles, rigoles et caniveaux.

Article 4 Les bourriers et immondices provenant du balayage devront être enlevés tous les matins par les propriétaires ou locataires, ils ne pourront être laissés sur le trottoir ou le côté de la chaussée que dans des caisses et seulement les lundi et vendredi de chaque semaine, jours que le tombelier passe dans toutes les rues et les chemins de la Commune pour l ‘enlèvement des détritus ménagers.

Les verres, bouteilles cassées, morceaux de glace, de poterie , de faïence, etc, etc, devrons être parés des bourriers.

Article 5 Nul ne pourra pousser les bourriers et immondices devant la propriété de ses voisins.

Article 6 En aucun cas l‘entrepreneur du nettoiement ne pourra être obligé d enlever les bourriers, terres et matériaux de démolition ou débris provenant du nettoyage des jardins ou des propriétés riveraines dont l enlèvement reste à la charge des propriétaires.

Article 7 – A partir du mois de juin, jusquà la fin du mois d’août, chaque habitant fera arroser le devant de sa maison, ou de son magasin, deux fois par jour , savoir le matin à 8 heures et le soir à 5 heures.

Article 8 Cet arrosement ne pourra être fait qu’avec de l’eau propre de source, de puits ou de fontaine.

Article 9 Les contraventions au présent arrêté seront constatées par des procès verbaux et poursuivies conformément à la loi.

Article 10 Le Commissaire de Police et les gardes  Champêtres sont chargés de l‘exécution de cet arrêté.

Précisons que notre maire ne faisait là qu’appliquer la loi du 5 avril 1884 et l’article 471 du code pénal et que cet arrêté fut approuvé sans tarder, par le préfet, quatre jours après.

Quant à son application, nous n’en avons pas eu d’échos, on peut donc imaginer que chaque matin ou presque …, rues et chemins devaient s’animer, à grand renfort de seaux et de balais.

 

VÉRONIQUE MARTIGNY

Archiviste municipale